• French Users

    Aubameyang est pas dans le groupe d'Arsenal ?


  • Ligue Europa : L’OM écrase Braga, Nice se tire une balle dans le pied

    En début de soirée, l'Olympique de Marseille et l'OGC Nice jouaient respectivement Braga et le Lokomotiv Moscou pour le compte des seizièmes de finale aller de la Ligue Europa. Les Olympiens n'ont fait qu'une bouchée de Braga quand les Aiglons se sont effondrés en deuxième période.
    Après la défaite du Paris Saint-Germain hier soir contre le Real Madrid au Santiago Bernabeu (1-3), c’était au tour des autres clubs français de rentrer en lice en Europe, mais en C3, la Ligue Europa. Ainsi, deux ans après, l’Olympique de Marseille retrouvait ce soir au Stade Orange Vélodrome Braga. Bien placé en championnat (4e) le SCB aurait pu poser des problèmes aux Phocéens qui restent sur un nul en championnat contre l’ASSE (2-2). Pourtant, d’entrée de match dans un vélodrome clairsemé, les Olympiens ont fait le job.
    Dès les premiers instants de la rencontre, l’OM mettait le pied sur le ballon à l’image des dernières journées en Ligue 1. Ainsi, sur le côté droit, Bouna Sarr contrait un dégagement puis le ballon revenait sur Payet qui servait Germain pour l’ouverture du score (1-0, 4e). Presque dans la foulée, l’attaquant de la formation portugaise, Dyego Sousa, envoyait une frappe vicieuse des 25 mètres qui flirtait avec la lucarne de Pelé (8e). Mais c’était bien les locaux qui dominaient les débats. Sur un centre dévié de Bouna Sarr, le ballon retombait miraculeusement dans les pieds d’Ocampos dans les six mètres qui envoyait le ballon sur le portier adverse (19e). Dix minutes plus tard, suite à un corner contré, Clinton Njié envoyait un amour de demi-volée sous la barre bien détournée par Matheus (29e). Payet sur coup franc, trouvait la barre transversale avant la mi-temps (42e). À la pause, les Français menaient assez logiquement au score.

    Nice coule en deuxième période
    Au retour des vestiaires, les Portugais obtenaient un bon coup franc excentré sur le côté gauche. Payet détournait et Yohann Pelé, n’écoutait que son courage, envoyait les poings au milieu de deux adversaires et de Luiz Gustavo (47e). Les débats étaient toujours déséquilibrés et Luiz Gustavo, bien servi par Payet à l’entrée de la surface tentait sa chance, mais sa tentative frôlait le cadre (55e). Ocampos aurait même pu marquer un des buts de l’année. Bien servi par Dimitri Payet, l’Argentin reprenait de la semelle en pleine extension, mais le cuir heurtait le visage du portier visiteur (65e). Mais l’OM allait doubler la mise. Sur un magnifique service de Maxime Lopez, Sakai, qui avait remplacé Amavi, déboulait sur le flanc droit et centrait de l’extérieur du pied vers Germain qui s’offrait un doublé (2-0, 69e). Et ce n’était pas terminé ! Thauvin venait d’entrer en jeu et s’amusait avec Maxime Lopez après un triple une-deux et s’offrait un joli but (3-0, 74e). Avec cette belle victoire, les Olympiens peuvent aller sereinement au Portugal pour le match retour.
    Dans l’autre rencontre impliquant un club français, les Niçois ont fait une très belle première période, mais une seconde absolument horrible. Au moment où Valère Germain trouvait la faille du côté de Marseille, Mario Balotelli faisait de même suite à un énorme travail d’Allan Saint-Maximin sur son côté droit (1-0, 4e). Plus de vingt minutes plus tard, le Transalpin doublait la mise grâce à un penalty obtenu sur une frappe de Jean-Michaël Seri et une main de Pejcinovic (2-0, 28e). En fin de première période, les Aiglons voyaient les leaders du championnat russe revenir puisque Malang Sarr faisait une grossière erreur en taclant dans la surface. Manuel Fernandes lui non plus ne se faisait pas prier pour transformer la sentence (2-1, 45e). Lors du second acte, les deux formations avaient bien du mal à se montrer dangereuses même si Saint-Maximin faisait vivre un enfer à Rybus, l’ancien de l’OL, entré en jeu peu avant. Sauf que les jeunes Niçois avaient bien du mal et Racine Coly se voyait expulsé (67e) et Fernandes s’offrait un doublé peu de temps après (2-2, 69e). Mais c’était décidément une soirée cauchemardesque... Les Russes dominaient largement cette fin de match et Fernandes venait s’offrir un triplé (2-3, 77e). Avec cette contre-performance, les Niçois auront du mal en Russie pour la rencontre retour...
    Les résultats du début de soirée :
     FC Astana 1-3 Sporting CP : Tomosov (7e) pour Astana ; Fernandes (48e), Martins (50e), Doumbia (55e) pour le Sporting CP
     Dortmund 3-2 Atalanta : Schurrle (31e), Batshuayi (65e, 90e +1) pour le BvB ; Ilicic (51e, 56e) pour l’Atalanta
     Ludogorets 0-3 AC Milan : Cutrone (45e), Rodriguez (sp, 65e), Borini (90e +2)
     Marseille 3-0 Braga : Germain (4e, 69e), Thauvin (74e)
     Nice 2-3 Lokomotiv : Balotelli (4e ; sp, 28e) pour Nice ; Fernandes (sp, 45e, 69e, 77e) pour le Lokomotiv
     Ostersunds 0-3 Arsenal : Monreal (13e), Papagiannopoulos (CSC, 24e), Ozil (59e)
     Real Sociedad 2-2 Red Bull Salzbourg : Odriozola (57e), Janusaz (80e) pour la Real Sociedad ; Caleta-Car (27e), Minamino (90e +4) pour Salzbourg
     Spartak Moscou 1-3 Athletic Bilbao : Adriano (61) pour Moscou ; Aduriz (22e, 39e), Rico (45e +1) pour Bilbao


  • Ligue Europa : Depay libère l’OL, l’Atletico Madrid fait le show à Copenhague, Naples tombe à domicile

    Dans le cadre des seizièmes de finale aller de Ligue Europa, l'Olympique Lyonnais recevait Villarreal au Groupama Stadium. Les hommes de Bruno Genesio l'ont emporté 3-1 grâce à un but libérateur de Depay. Dans les autres matchs, l'Atletico Madrid a étrillé Copenhague 4-1 et Leipzig l'a emporté à Naples 3-1.
    L’Olympique Lyonnais qui traverse une zone de turbulences en Ligue 1, accueillait Villarreal lors de ces seizièmes de finale aller de la Ligue Europa. A cette occasion, Bruno Genesio optait pour un surprenant 4-4-2 avec le duo Fekir, Mariano en attaque. Côté espagnol, Javi Calleja alignait un 4-4-2 avec le duo Bacca, Cheryshev. Dès le début du match, l’OL tentait de mettre du rythme dans la rencontre. Bertrand Traoré semait déjà la zizanie dans la défense espagnole mais sa frappe était contrée par un défenseur ibérique (2e). Quelques minutes plus tard, l’OL obtenait un coup-franc suite à une faute sur Fekir. Mariano se chargeait de le tirer mais sa frappe s’envolait dans les travées du Groupama Stadium (7e). Conquérants, les hommes de Bruno Genesio se créaient une nouvelle opportunité. Morel servait Nabil Fekir qui tentait sa chance de loin, mais son ballon filait juste à côté (10e). L’OL étouffait Villarreal dans le premier quart d’heure. Bien lancé en profondeur par Aouar, Mariano résistait à la charge du défenseur dans la surface et servait Marçal fauché.
    L’arbitre ne bronchait pas (13e). Il fallait attendre la 16e minute pour entrevoir les premières occasions de Villarreal. Sur un corner bien tiré par Gaspar, Trigueros décochait une superbe reprise de volée bien repoussée par Lopes. Dans la foulée, le portier lyonnais se distinguait une nouvelle fois en jaillissant bien devant Bacca. Le match s’animait, sur la droite Rafael distillait un bon centre pour Mariano dont la tête était bien captée par Asenjo (21e). Beaucoup plus convaincant que lors de ses dernières sorties en Ligue 1, Lyon manquait de peu l’ouverture du score. Sur coup-franc, Fekir enroulait bien son ballon et obligeait Asenjo à détourner en corner (23e). L’intensité de la rencontre chutait quelque peu après la demi-heure de jeu, et l’Olympique Lyonnais peinait à s’approcher des buts gardés par Asenjo. Sur la droite, Bertrand Traoré alertait Fekir qui trouvait Rafael lancé dans la surface, mais le latéral brésilien ne redressait pas suffisamment son ballon pour inquiéter Asenjo (38e).

    Depay libère l’OL
    Dès le retour des vestiaires, l’OL ouvrait le score. Sur un excellent travail effectué par Rafael côté droit, Mariano dans la surface redressait le ballon de la tête pour Ndombélé qui trompait de près Asenjo (1-0, 46e). Lyon prenait le large quelques secondes plus tard. Lancé sur la gauche par Morel, Mariano prenait de vitesse son adversaire avant de buter sur Asenjo, Fekir qui avait bien suivi catapultait le ballon au fond des filets (2-0, 49e). Les hommes de Bruno Genesio tentaient d’asséner le coup de grâce avec Mariano excentré toujours aussi dangereux qui décochait une belle frappe bien détournée par Asenjo (53e). Alors qu’on pensait Lyon bien lancé dans ce match, Villarreal remettait les pendules à l’heure. Sur une contre attaque éclaire, Cheryschev décalait Fornals à l’entrée de la surface dont la frappe déviée par Lopes entrait dans le but vide (2-1, 63e). Ce but espagnol redistribuait les cartes et les joueurs lyonnais semblaient sonnés par cette réduction du score. Conscient que son équipe baisse le pied physiquement, Genesio insufflait du sang neuf avec Depay (73e) et Cornet (77e). Un coaching gagnant pour la formation rhodanienne. Sur un ballon mal négocié aux abords de la surface, Depay tentait sa chance de loin et trompait Asenjo (3-1, 82e). Anthony Lopes sauvait les siens sur une reprise à bout portant de Fornals (88e). Grâce à ce probant succès, l’Olympique Lyonnais prenait une sérieuse option sur la qualification.
    Dans les autres matchs de la soirée, l’Atletico Madrid qui se déplaçait à Copenhague a expédié les affaires courantes en l’emportant 4-1. La paire tricolore Gameiro-Griezmann a fait des misères à la défense danoise. Le premier cité reprenait victorieusement un centre de Lucas Hernandez (37e) et le second bien lancé par Carrasco en profondeur, ajustait tranquillement le portier danois (71e). Dans le choc de la soirée, le Napoli se faisait surprendre sur sa pelouse (1-3) par Leipzig. La formation allemande s’imposait grâce à des réalisations inscrites par Werner (61e, 90+3) et Bruma (74e). Le Partizan Belgrade était tenu en échec 1-1 sur sa pelouse par le Viktoria Plzen. Le Steaua Bucarest se payait le scalp de la Lazio -1-0) grâce à Gnohere (29e). Enfin, le Celtic tirait son épingle du jeu face au Zénith (1-0) et l’AEK Athènes obtenait le nul face au Dynamo Kiev (1-1).
    Les résultats de la soirée
    Naples 1 - 3 RB Leipzig : Ounas (52e) pour Naples ; Werner (61e, 90+3), Bruma (74e) pour Leipzig
    FC Copenhague 1 - 4 Atletico Madrid : Fischer (15e) pour Copenhague ; Niguez (21e), Gameiro (37e), Griezmann (71e), Vitolo (77e) pour l’Atletico Madrid
    Lyon 3 - 1 Villarreal : Ndombélé (46e), Fekir (49e), Depay (82e) pour Lyon ; Fornals (63e) pour Villarreal
    Partizan Belgrade 1 - 1 Viktoria Plzen : Tawamba (58e) ; Reznik (81e) pour Viktoria Plzen
    Steaua Bucarest 1 - 0 Lazio Rome : Gnohere (29e) pour le Steaua Bucarest
    Celtic Glasgow 1 - 0 Zénith Saint-Pétersbourg : McGregor (78e) pour le Celtic
    AEK Athènes 1 - 1 Dynamo Kiev : Tsygankov (19e) pour le Dynamo Kiev ; Ajdarevic (80e) pour l’AEK Athènes


  • Bravo aux clubs français pour leurs performances hier ! ça va faire du bien à l'indice UEFA ! Maintenant il va falloir confirmer sur les matchs retours !


  • Ligue Europa : L’OM s’offre l’Athletic Bilbao et entrevoit les quarts de finale

    Dans le cadre des huitièmes de finale aller de la Ligue Europa, l'OM accueillait l'Athletic Bilbao à l'Orange Vélodrome. Au terme d'un match rondement mené, le club olympien s'impose 3-1 grâce notamment à un doublé de Lucas Ocampos.
    Le Vélodrome retrouvait la saveur des grandes soirées européennes. A l’occasion de ce huitième de finale aller de Ligue Europa, l’OM recevait l’Athletic Bilbao. Pour cette confrontation au parfum particulier, Rudi Garcia alignait son traditionnel 4-2-3-1 avec Valère Germain en pointe. Côté basque, José Angel Ziganda optait lui aussi pour un 4-2-3-1 avec Aduriz en attaque. Et l’Olympique de Marseille ne manquait pas son entame. Dès la première minute, Florian Thauvin côté droit distillait un excellent centre dans le dos de la défense pour Ocampos qui poussait le ballon dans le but vide (1-0, 1ère). Un début de match idéal pour les olympiens qui se faisaient malgré tout une frayeur sur une frappe d’Aduriz bien repoussée par Mandanda (6e). L’OM n’avait pas le temps de tergiverser. Sur la droite, Lopez trouvait Sakai dont le centre était mal renvoyé par la défense ibérique.
    Etxeita relançait dans l’axe de sa surface où se trouvait Payet qui d’une superbe volée ajustait Herrerin (2-0, 14e). Quelques minutes plus tard, Valère Germain bien lancé par Payet butait sur le gardien de l’Athletic (17e). Les hommes de Rudi Garcia maîtrisaient parfaitement les débats. Bien décalé par Payet, Florian Thauvin entrait dans la surface mais voyait sa frappe enroulée fuir le cadre (23e). Après vingt minutes intenses, le rythme de la rencontre chutait quelque peu. Il fallait attendre la 36e minute pour entrevoir une première opportunité espagnole. Suite à une passe mal assurée par Rami, Rolando perdait le ballon au profit de Williams qui lançait Aduriz, mais sa frappe s’envolait dans les travées du Vélodrome. L’Athletic manquait l’égalisation juste avant la pause. Sur un centre de De Marcos pour Aduriz, l’attaquant espagnol décochait une frappe repoussée de la main par Rami. L’arbitre indiquait le point de penalty. Aduriz transformait la sentence et permettait aux siens de recoller (2-1, 45+3).

    Payet et Ocampos intenables
    Au retour des vestiaires, l’Olympique de Marseille se montrait toujours aussi sérieux et allait être rapidement récompensé. Sur un dédoublement entre Thauvin et Payet, le dernier cité centrait pour Ocampos dont la demi-volée était mal négociée par Herrerin (3-1, 57e). L’attaquant argentin s’offrait ainsi un doublé. Mais la joie était de courte durée pour l’OM qui devait perdre prématurément Florian Thauvin victime d’un coup sur la cheville (63e). Ce coup du sort ne perturbait pas outre mesure les joueurs marseillais qui repartaient à l’assaut des buts gardés par Herrerin. Clinton Njie semait la zizanie dans la défense et voyait sa frappe repoussée par le portier de l’Athletic (66e). Insaisissable, Dimitri Payet distillait un excellent ballon pour Maxime Lopez dont la frappe était bien captée par Herrerin (70e). Survoltés, les Phocéens manquaient de plier définitivement le match. Après une superbe chevauchée, Dimitri Payet distillait un caviar à Ocampos dont le piqué était sauvé sur la ligne par Etxeita (83e). Au terme d’un match solide et maîtrisé, l’OM se trouvait en ballottage favorable en attendant le match retour.
    Dans les autres matchs de la soirée, le Sporting CP a déroulé face au Viktoria Plzen grâce à un doublé de Montero (45+1, 49e) et effectue un grand pas vers la qualification pour les quarts de finale. De son côté, le RB Leipzig de Jean-Kevin Augustin a éprouvé toutes les peines du monde à se défaire du Zenith Saint-Petersbourg (2-1). Bruma (56e) et Werner (77e) offraient une avance confortable au club allemand mais Criscito (86e) permettait aux siens de garder espoir pour la qualification. Enfin, la Lazio réalisait la mauvaise opération de la soirée en étant tenu en échec 2-2 par le Dynamo Kiev. Tsygankov (52e) ouvrait le score pour Kiev, mais Immobile (54e) remettait les pendules à l’heure. Anderson délivrait la Lazio mais Moraes (79e) cueillait à froid le stade Olympique de Rome.

    Les résultats de la soirée
    Lazio Rome 2 - 2 Dynamo Kiev : Immobile (54e), Anderson (62e) pour la Lazio ; Tsygankov (52e), Moraes (79e) pour Kiev
    RB Leipzig 2 - 1 Zenith Saint-Petersbourg : Bruma (56e), Werner (77e) pour Leipzig ; Criscito (86e) pour le Zenith
    Sporting CP 2 - 0 Viktoria Plzen : Montero (45+1, 49e)

    Article du 8 Mars2018
    Source: Foot Mercato


  • Ligue Europa : Arsenal fait sensation à Milan, l’Atletico déroule, Dortmund surpris par Salzbourg

    Dans le cadre des huitièmes de finale de la Ligue Europa, l'AC Milan recevait Arsenal. Les hommes d'Arsène Wenger n'ont pas tremblé et s'imposent 2-0 à San Siro grâce à Mkhitaryan et Ramsey. De son côté, l'Atletico Madrid rafle la mise 3-0 face au Lokomotiv Moscou et Dortmund s'incline à domicile 1-2 face à Salzbourg.
    C’était incontestablement l’affiche de ces huitièmes de finale de Ligue Europa. L’AC Milan accueillait Arsenal à San Siro. Pour cette affiche européenne, Gennaro Gattuso alignait un 4-3-3 avec le trio Suso, Cutrone, Calhanoglu. Côté Arsenal, Arsène Wenger qui jouait gros sur cette double confrontation, optait lui aussi pour un 4-3-3 et s’appuyait sur Mkhitaryan, Ozil, et Welbeck en pointe. Dès l’entame de match, les hommes de Gattuso mettaient la pression devant les buts gardés par Ospina. Ainsi, Bonaventura était tout prêt de reprendre un centre tendu au deuxième poteau mais c’était sauvée in extremis par la défense des Gunners (3e). Arsenal laissait passer l’orage et montrait le bout de son nez. Mkhitaryan provoquait les premiers frissons de San Siro avec une frappe qui filait juste à côté (8e).
    Le début de rencontre s’avérait très animé entre deux équipes qui se rendaient coup pour coup. Les Gunners créaient la sensation en ouvrant le score. Bien alerté dans la surface par Ramsey, Mkhitaryan repiquait dans l’axe et décochait une lourde frappe déviée par Bonucci et trompait Donnarumma (0-1, 15e). Sonnés, les joueurs Milanais peinaient à s’approcher des buts d’Ospina. Solide, Arsenal contenait sans trembler les timides assauts milanais et manquait d’asséner le coup de grâce à deux reprises. Chambers puis Welbeck butaient tour à tour sur Donnarumma (42e, 43e). Quelques secondes plus tard, Welbeck partait en contre et lançait Mkhitaryan dont la frappe heurtait le haut de la transversale (45+1). Le club londonien prenait logiquement le large juste avant la pause. Ozil lançait en profondeur Ramsey qui dribblait tranquillement Donnarumma avant de pousser le cuir dans le but vide (0-2, 45+4).

    Arsenal solide, l’Atletico Madrid ne tremble pas
    Dès le retour des vestiaires, Arsenal se procurait une nouvelle opportunité. Kessié ratait totalement sa passe, Welbeck devançait la sortie de Donnarumma mais après un coup de billard, le ballon passait à côté (50e). Voyant son équipe en manque d’ingéniosité dans la zone de vérité amenait du sang neuf avec l’entrée de Kalinic à la place de Calhanoglu (62e). De son côté, Arsenal perdait prématurément Kolasinac sur blessure (62e). Malgré toute la volonté du monde, l’AC Milan ne parvenait pas à contourner l’arrière garde des Gunners. Gattuso décidait de lancer André Silva dans la bataille à la place de Cutrone (68e) puis Borini quelques minutes plus tard au profit de Calabria (78e). Des changements qui n’apportaient pas les résultats escomptés pour les pensionnaires de San Siro. L’AC Milan s’inclinait devant une formation d’Arsenal bien plus convaincante que lors de ses dernières sorties.
    Dans les autres matchs de la soirée, l’Atletico Madrid accueillait le Lokomotiv Moscou au Wanda Metropolitano. Les coéquipiers d’Antoine Griezmann ne tardaient pas à prendre les devants. Seul à 25 mètres des buts, Saul Niguez décochait une lourde frappe qui se logeait dans la lucarne de Guilherme (1-0, 22e). Dès le retour des vestiaires, les Colchoneros doublaient la mise. Saul Niguez centrait pour Griezmann dont la reprise était repoussée par Guilherme dans les pieds de Costa qui concluait sans trembler (2-0, 47e). Les hommes de Diego Simeone enfonçaient le clou dans les ultimes secondes du match grâce à Koke bien alerté par Juanfran (3-0, 90e) et assuraient quasiment leur qualification. De son côté, le Borussia Dortmund recevait le Red Bull Salzbourg. Le BVB se faisait surprendre au retour des vestiaires d’abord sur penalty par Berisha (0-1, 49e). L’intéressé doublait la mise sept minutes plus tard sur un service de Lainer (0-2, 56e). Cueilli à froid, Dortmund réagissait six minutes plus tard. Pulisic trouvait Schurrle qui ajustait de près Walke (1-2, 62e). Dortmund devra réaliser l’exploit pour entrevoir les quarts de finale.
    Les premiers résultats de la soirée
    CSKA Moscou 0 - 1 Olympique Lyonnais : Marcelo (68e)
    AC Milan 0 - 2 Arsenal : Mkhitaryan (15e), Ramsey (45+4)
    Atletico Madrid 3 - 0 Lokomotiv Moscou : Saul Niguez (22e), Costa (47e), Koke (90e)
    Borussia Dortmund 1 - 2 RB Salzbourg : Schurrle (62e) pour Dortmund ; Berisha (49e sp, 56e) pour Salzbourg

    Article du 8 Mars 2018
    Source: Foot Mercato


  • 2 victoires pour les clubs français, c'est bien (et surprenant de les voir aussi motiver par l'EL..)


  • Au terme d’un match fou, l’Olympique Lyonnais quitte la Ligue Europa par la petite porte !

    Dans le cadre des huitièmes de finale retour de Ligue Europa, l'Olympique Lyonnais accueillait le CSKA Moscou au Groupama Stadium. Les hommes de Bruno Genesio s'inclinent (3-2) et quittent prématurément la compétition. Grâce à sa victoire (3-1) sur l'AC Milan, Arsenal valide son billet pour les quarts de finale, tout comme Salzbourg qui obtient le nul (0-0) face à Dortmund.
    Fort de son but marqué à l’extérieur par Marcelo, l’Olympique Lyonnais abordait ce huitième de finale retour au Groupama Stadium en ballottage favorable. Bruno Genesio optait ainsi pour un 4-3-3 avec le trio Depay, Mariano et Cornet. Côté russe, Viktor Goncharenko alignait un 5-3-2 avec le duo Musa, Wernbloom en attaque. Dès le début du match, l’OL se montrait dangereux par l’intermédiaire de Memphis Depay qui voyait le cadre se dérober (3e). Par la suite, le CSKA obtenait la possession et les hommes de Bruno Genesio éprouvaient des difficultés pour s’approcher des buts gardés par Akinfeev. Il fallait attendre le quart d’heure de jeu pour entrevoir une nouvelle opportunité rhodanienne. Bien lancé par Depay, Cornet dans la surface croisait bien sa frappe mais Akinfeev se couchait bien.
    La formation russe provoquait les premiers frissons du Groupama Stadium. Sur un service de Musa, Kuchaev décochait une belle frappe bien captée par Lopes (20e). Dans la foulée, Golovin alertait Wernbloom qui décalait Musa dans la surface, mais sa frappe croisée filait juste à côté (21e). L’Olympique Lyonnais réagissait sur une belle combinaison entre Mariano, Ferri et Depay. Le cuir revenait sur Mariano dont la frappe était repoussée du pied par Akinfeev (30e). Lyon manquait de peu l’ouverture du score. Mariano débordait et centrait côté gauche pour Cornet dont la tête était repoussée sur sa ligne par Akinfeev (34e). L’équipe rhodanienne ratait le coche et se faisait cueillir par le CSKA quelques minutes plus tard. Bien servi par Dzagoev, Golovin sur la gauche de la surface enroulait bien son ballon qui se logeait dans la lucarne de Lopes (0-1, 39e).

    Lyon s’accroche malgré ses errements défensifs
    Au retour des vestiaires, l’Olympique Lyonnais semblait comme tétanisé par l’enjeu ce qui faisait évidemment les affaires du CSKA. Les hommes de Bruno Genesio balbutiaient leur football et ne parvenaient pas à s’approcher des buts russes dans les premières minutes du second acte. Mais l’OL allait profiter d’une largesse du corps arbitral pour recoller au score. Sur un rush de Jordan Ferri côté droit, le milieu lyonnais parvenait à redresser le ballon qui était sorti au préalable, et alertait Cornet dans la surface. La frappe de l’international ivoirien ne laissait aucune chance à Akinfeev (1-1, 58e). A peine le temps de souffler que le CSKA reprenait l’avantage. Sur un centre de Nababkin côté droit, Musa prenait le dessus sur Marcelo et trompait de près Lopes (1-2, 60e). La défense rhodanienne prenait l’eau. Cette fois sur la gauche, Golovin centrait pour Wernbloom au point de penalty et trompait d’un plat du pied Lopes (1-3, 65e). Face à la démonstration des hommes de Viktor Goncharenko, le Groupama Stadium grondait. Fraîchement rentré, Bertrand Traoré débordait et centrait pour Mariano Diaz qui catapultait le ballon au fond des filets (2-3, 71e). Galvanisés par cette réduction du score, les joueurs lyonnais mettaient la pression sur les buts d’Akinfeev. Tanguy Ndombele décochait une belle frappe et obligeait le portier russe à repousser des deux poings (72e). Lyon poussait mais pêchait inéluctablement dans la zone de vérité. Sur la gauche, Cornet débordait et centrait fort devant le but mais Diakhaby trop court ne pouvait reprendre le cuir (90e). L’Olympique Lyonnais contre toute attente quittait la Ligue Europa au stade des huitièmes de finale.
    Dans les autres matchs de la soirée, Arsenal recevait l’AC Milan à l’Emirates pour le choc de la soirée. Les Gunners qui avaient perdu Koscielny sur blessure en début de match, se faisaient surprendre sur une superbe frappe flottante de Calhanoglu (0-1, 35e). Mais les hommes d’Arsène Wenger n’avaient pas le temps de tergiverser. Quatre minutes plus tard, Welbeck s’infiltrait à droite de la surface et se faisait légèrement toucher par Ricardo Rodriguez. L’arbitre indiquait le point de penalty. Welbeck se faisait justice lui-même et transformait la sentence (1-1, 39e). Il fallait attendre la 71e minute pour voir Arsenal décanter la situation. Sur une frappe lointaine de Xhaka, Donnarumma se trouait et permettait aux Gunners de prendre l’avantage (2-1, 71e). Le club londonien prenait définitivement le large en fin de match sur un centre de Wilshere pour Ramsey dont la tête était sauvée par Donnarumma, Welbeck qui avait bien suivi propulse le ballon dans les buts milanais (3-1, 86e). Grâce à ce probant succès, Arsenal s’invite en quart de finale. Enfin dans le dernier match de la soirée, Salzbourg tenait le choc et obtenait le nul (0-0) face à Dortmund et décrochait son ticket pour les quarts.
    Les résultats de la soirée
    Arsenal 3-1 AC Milan : Welbeck (39e sp, 86e), Xhaka (71e) pour Arsenal ; Calhanoglu (35e) pour l’AC Milan
    Olympique Lyonnais 2-3 CSKA Moscou : Cornet (58e), Mariano (71e) pour Lyon ; Golovin (39e), Musa (60e), Wernbloom (65e) pour le CSKA
    RB Salzbourg 0-0 Borussia Dortmund

    Article du 15 Mars 2018
    Source: FOOT MERCATO


  • Ligue Europa : l’OM s’impose à Bilbao et file en quarts !

    L'OM jouait ce soir à San Mamès contre l'Athletic Bilbao pour valider son ticket pour les quarts de finale de la Ligue Europa. Les Olympiens l'ont fait en l'emportant en terres espagnoles (2-1).
    Ce soir, l’Olympique de Marseille, malgré son avantage au match aller (3-1), pouvait se retrouver éliminé de la Ligue Europa au stade des huitièmes de finale. Mais il n’en fut rien. Dans la cathédrale de San Mamès, les Olympiens ont subi dans un premier temps l’ambiance mise par les fans de l’Athletic Bilbao, mais les joueurs basques étaient bien moins inspirés, heureusement pour les ouailles de Rudi Garcia. Inaki Williams était très actif sur son côté droit, mais cela n’amenait pas vraiment le danger devant Mandanda, qui était franchement bien défendu par Adil Rami et Jorge Rolando. Du côté des Marseillais, Lucas Ocampos était le premier à se mettre en évidence, mais le portier de l’Athletic se couchait bien sur la frappe de l’Argentin issue d’un joli mouvement entre Maxime Lopez et Florian Thauvin côté gauche.
    Au final, c’est bien l’OM qui allait trouver la faille en premier. Suite à un très joli mouvement à droite entre Luiz Gustavo et Dimitri Payet, le Français, non sélectionné par Didier Deschamps pour les rencontres de mars face à la Colombie et la Russie, se jouait de son adversaire direct d’un petit pont avant de servir Kostas Mitroglou. L’international grec remettait à Payet qui était fauché dans la surface par Lekue. L’ancien de West Ham se chargeait tranquillement de la sentence (0-1, 38e). Dans la foulée, Adil Rami donnait son corps à la science pour contrer cette frappe dangereuse (40e). À la pause, les Phocéens, bien plus tranchants, menaient logiquement.

    Ocampos homme de la seconde mi-temps
    Au retour des vestiaires, on pensait que les locaux allaient mettre un peu plus de pression sur le but de Mandanda et ce fut le cas sur une occasion au cours de laquelle Cordoba, seul plaçait une reprise de volée qui rebondissait et fuyait le but du portier français. Mais dans la foulée, l’homme des matches intenses, allait trouver le chemin des filets. Sur con côté droit, Ocampos, à qui on ne peut pas reprocher de tout donner, donnait le tournis à ses adversaires directes puis envoyait une frappe enroulée dans le petit filet (0-2, 52e). Alors, l’OM pouvait voir venir et Rudi Garcia décidait de faire tourner un petit peu. Ainsi Luiz Gustavo, quelque peu émoussé ces derniers temps, prenait place sur le banc de touche, remplacé par Franck Zambo Anguissa (56e). Les esprits s’échauffaient un petit peu lorsque Florian Thauvin, sur un appui semblait se tenir au niveau des adducteurs (57e).
    Mais plus de peur que de mal puisqu’il se relevait sans problème avant de céder sa place à Bouna Sarr (66e). L’arrière droit repositionné qui finalement est rentré au poste d’ailier n’a pas tardé à se mettre en évidence en enchaînant les dribbles endiablés sur son côté droit avant que sa frappe ne soit contrée par un défenseur espagnol (69e). Mais il fallait aussi un grand Mandanda pour empêcher les Basques de cultiver de l’espoir. Sur un coup franc au 20 mètres, Benat déposait quasiment le ballon dans la lucarne, mais Mandanda se détendait parfaitement et sortait le ballon d’une main incroyablement ferme (72e). Mais les Phocéens se relâchaient un petit peu et allaient encaisser un but d’Inaki Williams (1-2, 74e). Mais finalement les joueurs de Bilbao allaient aider l’OM malgré eux. Aritz Aduriz fauchait Ocampos et écopait d’un deuxième carton jaune, synonyme d’exclusion (76e). L’Argentin allait encore se montrer puisqu’il trouvait la barre transversale sur une belle remise de Mitroglou (78e). Le Grec n’était pas en reste puisqu’il n’était pas loin de trouver la faille, mais sa balle piquée était contrée in extremis par un défenseur (81e). Même Hiroki Sakai s’essayait, mais le cuir fuyait la lucarne d’Herrerin (90e +1). Après quatre minutes de temps additionnel, les Olympiens s’imposaient donc et filaient en quart de finale de la Ligue Europa.

    Les résultats du début de soirée :
     Athletic Bilbao 1-2 OM : Inaki Williams (74e) pour l’Athletic ; Payet (38, sp), Ocampos (58e) pour l’OM
     Dynamo Kiev 0-2 Lazio : Leiva (23e), De Vrij (83e)
     Plzen 2-1 Sporting CP (prolongations en cours) : Bakos (6e, 54e) ; Battaglia (105+2) pour le Sporting
     Zenit 1-1 RB Leipzig : Driussi (45e +1) pour le Zenit ; Augustin (22e) pour Leipzig

    Article du 15 Mars 2018
    Source: FOOT MERCATO


  • Reste plus que l'Olympique de Marseille en liste bonne chance à eux ! 🙂


  • L'OL a loupé une belle occasion de jouer la finale dans son propre stade lol. 😛


  • Ligue Europa : victorieux de Salzbourg, l’OM a un pied en finale

    Ce jeudi soir, l’Olympique de Marseille recevait Salzbourg pour le compte des demi-finales aller de Ligue Europa. Dans un Vélodrome qui établissait pour l’occasion un record d’affluence (62 312 spectateurs), les hommes de Rudi Garcia espéraient bien rafler la mise. Histoire de se rapprocher encore un peu plus de la finale à Lyon... Dans une ambiance assourdissante, les joueurs marseillais paraissaient plutôt tendus en début de match, gênés par une formation de Salzbourg très présente dans les duels. Il fallait attendre le quart d’heure de jeu pour voir Marseille prendre les devants. Sur un coup franc décalé côté droit, Payet trouvait Thauvin qui profitait d’une mauvaise appréciation de Walke pour pousser le ballon de la tête au fond des filets (1-0, 15e). Par la suite, les débats s’équilibraient et Morgan Sanson essayait de trouver la faille, mais sa frappe lointaine passait à côté (20e).
    Salzbourg réagissait de manière sporadique. Lainer effectuait un petit numéro et voyait sa frappe bien captée par Pelé (28e). Au retour des vestiaires, Wolf faisait trembler le Vélodrome en se présentant seul face à Pelé mais le portier marseillais détournait en corner la tentative de l’attaquant (53e). Marseille s’envolait au tableau d’affichage sur une contre attaque menée par Amavi qui lançait Payet sur la gauche. L’international français distillait un excellent ballon à l’entrée de la surface pour Njie qui ajustait Walke (2-0, 63e). L’OM frôlait la correctionnelle sur un centre adressé par Ulmer repris instantanément par Gulbrandsen qui voyait sa tentative heurter le poteau de Pelé (77e). Grâce à deux buts signés Thauvin (15e) et Njie (63e), l’OM se rapproche de la finale de la Ligue Europa !

    Source: Foot Mercato


  • Ligue Europa : l’Atlético Madrid ramène un nul miraculeux d’Arsenal

    Très mal embarqué dès la 10e minute de jeu après l'expulsion de Vrsaljko, l'Atlético Madrid a arraché le nul (1-1) sur la pelouse d'un Arsenal dominateur grâce à un but de Griezmann à la 81e minute. Lacazette avait ouvert la marque à l'heure de jeu.
    Cela aurait pu être une finale, mais on aura le plaisir de voir une double confrontation entre Arsenal et l’Atlético Madrid en demi-finale de la Ligue Europa. La première manche se jouait ce jeudi soir à l’Emirates Stadium, pour ce qui devenait la dernière d’Arsène Wenger à domicile en Coupe d’Europe, en même temps que son 102e match européen. Une raison de plus pour les Gunners d’entamer le match tambour battant, sous l’impulsion d’un Lacazette batailleur et inspiré dans ses choix. Dès la 6e minute, Welbeck le trouvait d’un centre précis au second poteau à l’entrée de la surface. Le Français reprenait de volée et le ballon s’en allait toucher le poteau ! Dans la foulée, sur un centre de Monreal, l’ancien Lyonnais plaçait une tête cadrée, détournée par Oblak (7e) ! Puis c’est Welbeck, très remuant côté gauche qui tirait et mettait le gardien au travail (9e). Mais le match prenait très vite une drôle de tournure. Averti dès la 2e minute pour une faute sur Wilshere, le latéral droit Vrsaljko était expulsé par Clément Turpin, l’arbitre de la rencontre, pour un deuxième jaune reçu après une vilaine semelle sur Lacazette (10e) ! Fou de rage, Simeone ne s’arrêtait pas de pester, pour être gentil, sur l’arbitre français, qui décidait de l’expulser à son tour (13e) !
    Le rythme fou imprimé par Arsenal avait donc déjà fait une victime chez l’Atlético Madrid, obligé de se réorganiser, Thomas Partey prenant le poste de latéral droit, tandis que le milieu se reformait autour d’un trio Koke-Saul-Correa. Arsenal ne se gênait pas pour appuyer là où cela faisait mal, côté droit, et Welbeck se démultipliait. Après un beau mouvement collectif, l’Anglais centrait pour Wilshere, dont la tête était captée par Oblak, déjà bien chaud (18e). Le gardien slovène gagnait ensuite son duel face à Welbeck toujours (21e). L’Atlético souffrait énormément mais allait se réveiller, avec une première frape cadrée de Griezmann (33e). Et puis surtout une percée impressionnante de Thomas, qui servait, dans la surface, Griezmann qui reprenait instantanément, forçant Ospina à une parade réflexe (37e). Arsenal reprenait malgré tout sa marche en avant et poussait très fort, se retrouvant à plusieurs reprises avec 5 ou 6 joueurs dans la surface des Colchoneros ! La science défensive et l’engagement total des hommes de Simeone empêchaient l’ouverture du score jusqu’à la pause.

    Griezmann fait mal à Arsenal
    Au retour des vestiaires, Arsenal repartait sur un bon rythme, en privilégiant cependant moins le jeu sur les ailes, contrairement à la première période. Arc-bouté en 4-4-1 avec Griezmann en milieu droit, l’Atlético ne parvenait pas à piquer en contre mais annihilait, du bout du pied parfois, les tentatives des Gunners, qui faisaient le siège de sa surface. Et l’inévitable allait arriver. Après un beau mouvement côté gauche, Wilshere centrait au cœur de la surface. Lacazette s’élevait plus haut que tout le monde et piquait victorieusement sa tête (1-0, 61e). A noter que c’est Antoine Griezmann qui a perdu le ballon sur l’action du but. Son compère offensif de la soirée, Kevin Gameiro, était alors remplacé par Gabi, Griezmann repassant ainsi en attaque.
    Arsenal continuait à pousser et mettait à contribution la défense adverse. Lacazette était proche de doubler la mise, encore de la tête sur corner (68e). Auteur d’un très bon match, le Français était dans tous les bons coups. L’Atlético souffrait énormément. Mais allait marquer ce si important but à l’extérieur. Sur un long ballon, seul Madrilène dans le camp adverse, Griezmann profitait d’une terrible erreur de Koscielny pour aller défier Ospina. Le Français devait s’y prendre à deux fois pour tromper le portier colombien (1-1, 81e) ! Une égalisation miraculeuse tant les Colchoneros étaient à la peine. Arsenal repartait directement à l’attaquat mais butait sur un Oblak exceptionnel, à l’image de cette nouvelle parade de grande classe sur une tête de Ramsey (86e). Score final 1-1. Un excellent résultat pour l’Atlético au regard du scénario de la rencontre (à 10 contre 11 durant plus de 80 minutes), tandis qu’Arsenal pourra regretter les innombrables occasions non concrétisées… Match retour dans une semaine à Madrid.

    Source: Foot Mercato


  • Jeeeeeeaaaaaaannnnnnnnn Miiiicheeeeeeellllllll Aulas ! On va tout casser chez toi !!!! 🎤🎤🎤


  • @stephane13270 Attention, Sonny va débarquer pour défendre son petit poulet! 😄


  • Visiblement mes posts ont été accidentellement supprimer !!! Ou abus de pouvoir c'est bizarre quand c'est dans un sens c'est pas grave !


  • Tu es au courant que tu as posté 4 posts à la suite ?
    Alors si en plus il y en avait d'autres...qui ont été supprimés... ça ne me semble pas être de l'abus de pouvoir^^
    Essaie d'éviter le multipost 👍

    "
    LE GUIDE DU FORUM
    ♠ Ce sont les lignes directrices générales de notre forum. Essayez de les suivre à tout moment!

    ♠ Le langue inappropriée, abus, blasphème, discrimination, spamming et flood ne sont pas ce que nous recherchons sur ce forum. Il en va de même pour la critique publique qui n'est pas constructive du travail et / ou des jugements des modérateurs OSM, du personnel et des propriétaires de jeux"


  • Il faut aussi que les marseillais acceptent de se faire chambrer.

    Ca fait 15 jours que ça braille partout "Jean Michel, on va tout casser chez toi" ..
    Résultat : ils ont rien cassé et une équipe de minime sur le terrain.

    C'est ce qu'on appelle le revers de la médaille.


  • @babou94 Pas dit le contraire ^^
    Je ne parlais que de l'aspect technique et des règles du forum.


  • 😭😭😭😭😭😭😭😭😭